logo ente parco di portofino

La Flore

La Flore

La flore du Parc de Portofino (l’ensemble des espèces végétales qui vivent dans un territoire délimité) est constituée de plus de 900 espèces. La remarquable richesse et la variété floristique est principalement le fruit de l’histoire naturelle du territoire, de la géologie et de la morphologie du territoire, facteurs déterminant la présence des différents sols et des différents microclimats. Enfin, la présence de l’homme depuis la préhistoire est un facteur important. Il a modifié l’environnement originel et introduit ou diffusé inconsciemment des espèces exotiques.
Par conséquent, le Parc est d’une importance remarquable étant donné qu’il se caractérise par un territoire restreint mais toutefois développé en altitude et caractérisé par une multitude d’espèces différentes sur le territoire. Parmi celles-ci, nombreuses sont d’intérêts scientifiques parce qu’à leur état naturel, elles se reproduisent et se développent dans l’environnement du territoire. Certaines à proximité de leur zone de présence habituelle, d’autres se rependent plus loin dans l’espace.

Parmi les espèces endémiques, on retrouve la Saxifrage cochléaire (Saxifraga cochlearis) ; originaire des environnements typiques des régions subarctiques, on la retrouve à notre latitude dû à la dernière glaciation Wurmiana mais aussi aux différents changements climatiques qui ont suivis. En Europe méridionale, elle est présente seulement sur le massif du Parc de Portofino et des Alpes Maritimes.

Exemples typiques d’espèces se trouvant à la limite du territoire : l’Ampelodesmos de Mauritanie (Ampelodesmos mauritanicus) à la limite nord du territoire et la Statice à feuille cordée (Limonium cordatum) à est.

Sur le Promontoire, les conditions climatiques particulières permettent une proximité inhabituelle entre les espèces des climats chauds comme l'Euphorbe arborescente (Euphorbia dendroides), le Ptéris de Crète (Pteris cretica) et les espèces des climats plus septentrionaux comme la Gentiane champêtre (Gentianella campestris) et le Crocus blanc (Crocus albiflorus) présentes dans les altitudes anormalement basses.