logo ente parco di portofino

La Géologie

La geologie

Le promontoire du Parc de Portofino est constitué de 3 formations géologiques :

Calcaire du Monte Antola, Conglomérat de Portofino, Couverture quaternaire.

Les calcaires du Monte Antola, qui forment la partie la plus au nord du Promontoire de Portofino, sont constitués de strates calcaires marneux intercalés par des couches d’argiles et de grès, datant d’il y a environ 90 et 55 millions d’années. De plus, ces formations se caractérisent par des colorations variables même si les roches sont principalement grises creusées par des lignes blanches dues au calcaire qui a rempli les fractures traversant ces éléments. Les strates sont en général rabattues et se caractérisent parfois par des formes spectaculaires, d’épaisseurs variables de quelques centimètres à plusieurs mètres. Elles permettent de comprendre les différences de consistance des roches qui les constituent et donc de savoir lesquelles ont plus ou moins résisté aux agents d’érosion. Avec un peu de chance, il est possible d’observer des petites surfaces marquées par des traces fossiles (Helminthoidea labirintica). On peut retrouver des traces laissées probablement par un ver qui se déplaçait à la recherche de nourriture sur des fonds marins boueux.

Le conglomérat de Portofino (Puddinga) datant d’il y a environ 30 millions d’années forme la partie du Promontoire orientée vers la mer. Il est constitué d’une base argilo-sableuse caractérisée par des cailloux variés et cimentée grâce au carbonate de calcium.

Le conglomérat est une roche particulièrement consistante et on retrouve de nombreux contreforts et abords côtiers qui descendent à pique dans la mer, provoquant la réalisation de nombreuses criques et baies et même la formation de grottes.

Les couvertures quaternaires présentes depuis deux derniers millions d’années sont constituées par des matériaux déposés provenant des cours d’eaux notamment par des dépôts d’alluvions, par des couches de détritus et par des éboulements en particulier dans la zone de contact entre le calcaire et le conglomérat.