logo ente parco di portofino

La Végétation

La Vegetation

En raison de l’ensoleillement, de l’exposition au vent, de l’humidité, de la pente et des microclimats, on retrouve une grande richesse au niveau de la végétation sur le Promontoire de Portofino.

Les versants maritimes méridionaux sont caractérisés par des plantes typiquement méditerranéennes avec la présence prépondérante d’espèces « sempervirente » adaptées à des conditions de températures élevée ayant besoin de limitée par la pluie.

Les principales formations observables sont :

- La végétation de la côte : elle est présente sur les rochers tombant à pic dans la mer et se compose de peu d’espèces, résistantes à la salinité et au vent ; mais aussi, par l’absence de terrain disponible. Les exemples les plus spécifiques sont la Criste marine (Chrithmum maritimum) et Statice à feuille cordée (Limonium cordatum). Au-dessus de cet espace, on retrouve des petites plantes s’adaptant à des conditions climatiques moins exigeantes que les précédentes comme l’Euphorbe épineuse (Euphorbia spinosa), des plantes du genre Sedum sur les versants maritimes les plus exposés au soleil ; le Lierre grimpant (Edera helix), le Polypode commun (Polypodium vulgare) et la Saxifrage cochléaire (Saxifraga cochlearis) sur les roches les plus humides et ombragées.

- La garrigue : cette association de plantes, typique des versants maritimes est caractérisée par une couverture discontinue et est formée par de nombreux éléments de l’environnement méditerranéen dont du Genêt (Spartium junceum), du Genêt épineux (Calycotome spinosa), du Ciste à feuille de sauge (Cistus salvifolius), du Thym commun (thymus vulgaris), de l’Euphorbe arborescente (Euphorbia dendroides) et par une surprenante variété d’herbes aromatiques.

- Ampelodesmos : ce type de végétation particulière se caractérise comme un type de prairie dominée par l’Ampelodesmos mauritanicus, connue localement comme une herbe lisse.


- La végétation méditerranéene : ce terme indique l’association de végétaux constitués par des espèces sempervirente arbustives comme le Myrthe (Myrtus communis), le Pistachier lentisque (Pistacia lentiscus), le Nerpun alaterne (Rhamnus alaternus), le Pistachier térébinthe (Pistacia terebinthus), la Filaire à large feuille (Phillyrea latifolia), l’Arbousier commun (Arbutus unedo), le Frêne à fleur (Fraxinus ornus), le Chêne vert (Quercus ilex). On retrouve aussi de la Salsepareille (Smilax aspera), la Garance voyageuse (Rubia peregrina), la Clématite flamette (Clematis flammula)

- La Pinède : on retrouve trois espèces principales de pins : le Pin domestique (Pinus pinea), le Pin maritime (Pinus pinaster) et le Pin d’Alep (Pinus halepensis). Parmi eux, ces deux derniers forment de vraies pinèdes sur le Promontoire

Dans les espaces plus internes au Promontoire et sur les versants septentrionaux moins sous l’influence de la mer, on peut observer différentes associations de végétaux :

- Châtaigneraie : les châtaigneraies se caractérisent par des formations naturelles, marquées par des cultures développées par l’homme dans le but de cultiver le fruit. On retrouve des plantes de grandes dimensions et ensuite le bois laisse place au cépage.

- Bois mixte d’arbres mésophiles : Typiquement exposés au nord et composés d’espèces principales comme le Charme houblon (Ostrya carpinifolia) auxquelles sont associés en fonction des microclimats, du Frêne (Fraxinus ornus), le Châtaigner (Castanea sativa), le Cytise faux ébénier (Laburnum anagyroides), le Chêne pubescent (Quercus pubescens) et dans les zones plus chaudes le Chêne vert (Quercus ilex).

- La ripisylve : cette végétation se trouve aux abords des torrents et à proximité des sources (comme par exemple dans la vallée des Mulini). Elle est constituée d’espèces arborées comme le Grand Sureau (Sambucus nigra) et l’Aulne glutineux (Alnus glutinosa) et de nombreuses fougères.